Cyclisme - Tour de France

Thibaut Pinot, dans la peau d'un héros

Thibaut Pinot, dans la peau d'un héros

Toute l'équipe FDJ-BigMat, fière et soulagée, a fêté la victoire de Thibaut Pinot dimanche dans la 8e étape du Tour de France. A 17h12, le "gamin Thibaut", benjamin du Tour de France, franchit la ligne d'arrivée à Porrentruy. Quelques centaines de mètres plus loin, à l'intérieur du bus de son équipe, les applaudissements retentissent, les cris et les rires fusent derrière les rideaux tirés. Son frère Julien, qui est aussi son entraîneur aux côtés de Frédéric Grappe et Jacques Decrion, sort le premier, une main dans les cheveux et l'air ébahi. "C'est inespéré ! A 22 ans, premier Tour... Le pire, c'est que ce matin la consigne c'était qu'il reste avec les leaders pour qu'il apprenne à courir en leader. Il n'en fait qu'à sa tête, il est insouciant, s'amuse le frangin. Mais il ne va pas se faire gronder. Chapeau !"

"C'est les parents. Ils sont émus, explique le vainqueur d'étape en décrochant son téléphone. Ca va être la fête. En plus, on est à la maison, on dort à Besançon." La veille, le natif de Mélisey en Haute-Saône n'était que moyennement satisfait de son étape, malgré une belle 15e place à l'arrivée, celle-ci ayant traversé son village. "Il était déçu. Peut-être que comme ça passait à la maison il s'était mis un peu trop de pression. Il avait vraiment envie d'aller devant aujourd'hui (dimanche)", confirme Julien.

Une libération pour l'équipe


"C'est une très belle victoire avec la manière, c'est énorme !", lâche plein d'émotion le directeur sportif de l'équipe, Thierry Bricaud, qui l'a suivi en voiture pendant la course. "Un jeune gamin comme lui... Il rêvait du Tour, d'une étape de montagne comme il a fait aujourd'hui (dimanche). Dans ses rêves, il ne pouvait pas imaginer mieux !" L'homme en est tellement fier qu'il prend chacun des membres de l'équipe qu'il croise dans ses bras. "Avant, il y a eu tout un travail d'équipe avec Casar, Fédrigo et surtout Jérémy Roy qui a fait un boulot énorme. On a vu arriver Thibaut chez nous il y a trois ans, on l'a vu grandir d'année en année, on savait qu'il avait un gros potentiel mais là, c'est énorme !"

Franck Pineau, l'autre directeur sportif, ne peut lui même pas retenir ses larmes. "Quand Cadel Evans a attaqué derrière, tu te dis "c'est mort, il n'a que 35 secondes à trois bornes". Après on voit que c'est bon, on hurle, on pleure. C'est top ! Je souhaite à beaucoup de gens de connaître des moments aussi forts", arrive-t-il à décrire avant d'éclater en sanglots. Dans le même temps, tous les équipiers de FDJ-BigMat se prennent dans les bras."C'est un grand moment qu'il nous a fait vivre", raconte Arthur Vichot, son ami. "J'ai dû enlever l'oreillette parce que Marc (Madiot) m'arrachait les oreilles", s'amuse-t-il avant d'entonner au micro, dans le bus : "Et pour Thibaut, hip, hip, hip... Et pour Thibaut, hip, hip, hip... Et pour Thibaut, hip, hip, hip... hourra !" "Le Tour est réussi mais ce n'est pas fini, rappelle Thierry Bricaud. Toute l'équipe va courir libérée. On peut aller en chercher une autre (victoire d'étape) et on ne va pas se gêner !"




Sport.fr Mobile
Sport Kiff
Le sport en direct sur votre mobile Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

à lire aussi

Buzz sport