Cyclisme - Tour de France

Farrar, toujours placé enfin gagnant

Farrar, toujours placé enfin gagnant

Cette fois, le train de Garmin-Cervélo a parfaitement fonctionné. Le porteur du
maillot jaune, le Norvégien Thor Hushovd, a même mis la main à la pâte avant que le Néo-Zélandais Julian Dean lance Tyler Farrar vers la victoire. Un Américain vainqueur le jour d'Independence Day, quoi de plus normal ? Aucun coureur américain n'avait gagné d'étape depuis... quatre ans et le contre-la-montre d'Angoulême remporté en 2007 par Levi Leipheimer.

Pour expliquer ses précédents revers, on disait de Farrar qu'il était trop "gentil". En opposition à Cavendish, le "bad boy", vainqueur de 15 étapes sur le Tour de France en trois ans. Il a bien tenté d'expliquer que sa personnalité changeait, qu'il devenait très agressif à l'approche de la ligne d'arrivée, mais rien n'y a fait. Ses interviews montraient le contraire. "Il y a des sprinteurs qui gagnent grâce à un sentiment de colère. Ils veulent tuer tout le monde. Moi je gagne quand je suis heureux", déclarait-il en début de saison.

Sa carrière, débutée en professionnel en 2006 avec Cofidis, a été laborieuse. Elle a été troublée en 2008 par un accident de son père, paralysé après avoir été renversé par un camion. Puis Farrar a changé sa méthode d'entraînement pour travailler son physique. "Je commence à en récolter les fruits" estimait-il en 2009 après une victoire dans Tirreno-Adriatico. "Il y a des sprinteurs qui explosent dès leur première saison. Moi ça n'a pas été le cas, reconnaissait-il. J'ai progressé avec la maturité". Mieux vaut tard que jamais.





Sport.fr Mobile
Sport Kiff
Le sport en direct sur votre mobile Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

à lire aussi

Buzz sport

Moins d'aide au pilotage, des moteurs plus bruyants... la F1 fait sa petite révolution Formule 1

Moins d'aide au pilotage, des moteurs plus bruyants... la F1 fait sa petite révolution

Les aides au pilotage, électroniques ou humaines seront limitées dès le prochain Grand Prix de Belgique de Formule 1, et des changements seront apportés aux échappements des moteurs V6 turbo hybrides de F1 dès 2016 "pour augmenter leur niveau de bruit". Ces décisions ont été prises mercredi, lors d'une réunion près de Londres, par le Groupe stratégique de la F1, constitué de six écuries sur dix (Mercedes-AMG, Red Bull, Ferrari, McLaren, Williams et Force India), de représentants de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) et de Formula One Management (FOM), la société du promoteur de la F1, Bernie Ecclestone.