Evans a perdu une bataille mais pas la guerre

Cyclisme / Tour de France

Evans a perdu une bataille mais pas la guerre
Photo DR

Evans a perdu une bataille mais pas la guerre

Lundi 9 juillet 2012 - 21:11

Cadel Evans et l'encadrement de l'équipe BMC ont minimisé les conséquences de la victoire de Bradley Wiggins lundi dans le contre-la-montre de la 9e étape, qui laisse le vainqueur du dernier Tour de France à 1 minute 53 secondes de son rival au classement général.

Les journalistes étaient venus en masse autour du bus de l'équipe américano-suisse pour voir "le grand perdant" du premier +chrono+ du Tour de France 2012 à Besançon.

A son arrivée, l'Australien ne s'affole pas. Calme et posé comme à son habitude, il prend le temps de passer un moment avec sa femme et de sa fille adoptive avant de livrer son constat à la presse.

"Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, ni à quel niveau étaient les autres sur un contre-la-montre dans le Tour. Ca n'a pas été mon meilleur +chrono+ mais quand on compare avec les spécialistes comme Cancellara, Martin et les autres, je ne suis pas si loin. Sky avait deux coureurs très solides", souligne-t-il.

"Le Tour n'a pas été optimal pour moi pour l'instant. C'est sûr qu'1 minute 53 secondes, ce n'est pas la meilleure des positions comparé aux deux secondes de l'an dernier, reconnaît-il. Mais le Tour continue."

"Jusqu'à la fin, on ne renoncera pas", assure-t-il.

"Deux minutes en deux semaines, il y a le temps. Et c'est 1 minute 53 secondes. Sept secondes dans un Tour, ça compte", relativise le directeur sportif John Lelangue, dans un sourire forcé.

BMC "pas impressionnée"


"On a fait notre +chrono+ comme on voulait le faire, on est resté dans les temps de passage qu'on s'était fixés sans tenir compte des écarts avec Wiggins. On a été battu par plus fort", ajoute-t-il.

"On n'avait pas fait de calcul" sur un écart raisonnable à encaisser lors du contre-la-montre, la grande spécialité de Wiggins, affirme le responsable sportif de l'équipe.

"Il reste deux semaines, les Alpes, les Pyrénées, pas mal de courses d'attaque. On va rester dans l'offensive, quoi qu'il arrive", souligne-t-il.

Malgré une équipe BMC moins dominatrice que sa rivale britannique, Cadel Evans puise son espoir dans la bonne forme affichée sur les premières étapes de moyenne montagne où il n'a pas hésité à attaquer pour essayer de faire bouger les lignes.

"Ces derniers jours, je me sens de mieux en mieux et il y avait des arrivées au sommet pour ouvrir un peu les choses. Ca a plutôt bien marché", estime-t-il.

"J'ai été un peu surpris de la manière dont Sky a lâché prise dans la dernière montée", ajoute-t-il, avant d'admettre: "J'ai été aussi surpris qu'ils fassent premier et deuxième dans le contre-la-montre."

Face à la puissance de ce qu'on appelle désormais "l'armada britannique", l'équipe BMC "n'est pas impressionnée", assure Lelangue: "Il y a encore beaucoup de kilomètres jusqu'à Paris. On verra jour après jour, tout peut arriver et chaque étape pourra offrir des opportunités."

Le sport en direct sur votre mobile


Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr



Le Zapping Sport.fr de la semaine : Cristiano Ronaldo, Messi, James Rodriguez, Van Persie, Ibrahimovic

Fil infos Sport

A la une

Le buzz du jour

Insolites People

Sport Business

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine