Quand le cyclisme chinois s'éveillera...

Cyclisme / News

Quand le cyclisme chinois s'éveillera...

Dimanche 9 octobre 2011 - 22:04

Le cyclisme chinois, qui possède désormais une épreuve de niveau mondial ( Tour de Pékin), est sur le point de s'éveiller, de l'avis de Frédéric Magné, directeur du développement de la fédération internationale.

Pour l'ancien champion du keirin, qui dirige le Centre mondial du cyclisme (CMC), aucun obstacle physiologique ou culturel ne s'oppose à terme à l'arrivée des coureurs chinois dans le peloton de l'élite. A condition que cet objectif soit visé par les dirigeants du pays le plus peuplé de la planète.

"C'est un problème de priorité, estime-t-il. Le cyclisme sur route n'en était pas une. Les responsables du sport chinois savaient pertinemment qu'ils n'auraient pas de médaille aux JO dans le contre-la-montre ou la course en ligne. Ils ont concentré leurs efforts sur les disciplines 'médaillables'".

"Le cyclisme, en tant que sport, n'est pas encore populaire, souligne-t-il. Les Chinois ont fait beaucoup de vélo mais, dans un autre but, pour se déplacer d'un endroit à un autre. Le cyclisme de compétition arrive très loin après les sports majeurs qui rapportent beaucoup de médailles. Aux JO de Pékin, sur son total de 100 médailles, la Chine n'en a eu qu'une en cyclisme".

"Tout est encore à faire"


L'organisation du sport chinois restant étatique, la voie de développement passe par une volonté au niveau des provinces de promouvoir le cyclisme. Frédéric Magné évoque les pistes: appel à des experts étrangers, plan de détection, mise en place d'une équipe de moins de 23 ans, programme de courses en Europe, formation au CMC d'entraîneurs et de techniciens, etc.

"S'il y a une prise de conscience, le reste suivra, relève-t-il. Il y a un énorme potentiel en terme de ressources, de détection, la masse est un facteur important".

Nation naissante sur la mappemonde du cyclisme, la Chine doit aussi surmonter son absence de tradition. "Mais je ne vois pas pourquoi les cyclistes s'adapteraient moins que les joueurs de basket de la NBA ou de base-ball", répond le directeur du CMC qui a accueilli des stagiaires de la sélection nationale avant le Tour de Pékin, pour une courte période.

"Les Chinois sont travailleurs, besogneux, ajoute-t-il. Ils n'aiment pas qu'on leur dicte les choses mais ils sont très réceptifs aux conseils. Ils ont besoin d'être mis en confiance. Tout est encore à faire, c'est un challenge. Mais, s'ils le veulent, je ne vois pas comment ça ne pourrait pas marcher".





Le sport en direct sur votre mobile


Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr


Fil infos Sport

A la une

Le buzz du jour

Insolites People

Sport Business

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine