Cyclisme - Dopage

Armstrong était "prévenu" en avance

Armstrong était

"Les préleveurs ont éprouvé des difficultés à effectuer des contrôles inopinés sans que Lance Armstrong puisse bénéficier d'un délai de vingt minutes", déclare Michel Rieu dans un entretien au quotidien, pour expliquer comment Armstrong a pu échapper à la vigilance des médecins préleveurs. "Il a été prévenu avant tout les contrôles", ajoute-t-il. "En vingt minutes, beaucoup de manipulations sont possibles. Il effectuait des perfusions de sérum physiologique pour diluer son sang. Il remplaçait sa propre urine par une urine artificielle. Il s'administrait l'EPO par petites doses. La substance était indécelable. Sans les renseignements de la gendarmerie ou de la douane, il était impossible de combattre cette méthode".

Pour être informé de l'arrivée des préleveurs, Armstrong disposait de nombreux soutiens, affirme encore M. Rieu. Jusqu'au sommet de l'Etat. "Ces appuis débordaient sur l'UCI et sur le Comité international olympique. Aussi, Lance Armstrong s'était entouré de scientifiques physiologistes, dont certains se sont défaussés par la suite", détaille-t-il. Il assure également que l'influence du coureur américain était telle, qu'il a réussi à pousser au départ l'ancien président de l'AFLD, Pierre Bordry, qui a démissionné en septembre 2010, à neuf mois de la fin de son mandat. "En octobre 2009, Armstrong est convié à un déjeuner à l'Elysée. Derrière cette visite, on sait qu'il souhaitait obtenir le départ du président de l'AFLD, Pierre Bordry. Lequel a démissionné un an plus tard. En mars 2010, Armstrong a offert un vélo au chef de l'Etat", qui était à l'époque Nicolas Sarkozy, déclare-t-il. "Quelques mois plus tard, le président de la République a profité d'une étape du Tour pour ériger Lance Armstrong en modèle de la jeunesse. Ce fut abusif", assure-t-il.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

à lire aussi

Buzz sport

Arsenal redevient le roi de la Cup FA Cup

Arsenal redevient le roi de la Cup

Dépossédé de la FA Cup la saison dernière, Arsenal reprend son bien grâce à une victoire en finale face à Chelsea (2-1), samedi à Wembley. Non contents de sauver leur saison, les Gunners privent leur rival bleu du doublé Coupe-Championnat. Une belle satisfaction pour Sanchez, auteur de l'ouverture du score (4e), pour Ramsey auteur du but de la victoire (79e) après l'égalisation de Diego Costa (76e) et pour Arsène Wenger, qui devrait voir son bail à la tête d'Arsenal prolongé de deux saisons. Le club londonien remporte la 13e Coupe d'Angleterre de son histoire et renforce son statut de meilleure équipe au palmarès de la compétition.