"C'est l'année pour battre l'Espagne !"

Basket / JO 2012

"C'est l'année pour battre l'Espagne !"
Programme des quarts
(en heures locale/GMT)

(14h00/13h00) Russie - Lituanie
(16h15/15h15) France - Espagne
(20h00/19h00) Brésil - Argentine
(22h15/21h15) Etats-Unis - Australie

"C'est l'année pour battre l'Espagne !"

Mardi 7 août 2012 - 17:00

Châtiés par l'Espagne depuis sept ans, les basketteurs français veulent enfin régler leurs comptes et affirment qu'il n'y a pas plus bel endroit que les quarts de finale des jeux Olympiques pour lui faire payer l'addition mercredi (17h15 française) à Londres.

Tous les quarts de finale sont beaux: Brésil-Argentine (21h00) promet d'être une fête, Russie-Lituanie (15h00) évoque des souvenirs de guerre froide et USA-Australie (23h15) s'annonce comme un nouveau concours de trampoline et de tirs impossibles.

Mais le match à voir c'est France-Espagne, tellement il sent le souffre, vu la rivalité qui anime les deux équipes, encore exacerbée par la défaite suspecte des Ibères face au Brésil lundi, qui a rendu possible leurs retrouvailles.

Pour tout dire, les Bleus n'en peuvent plus de cette armée multi-médaillée, double championne d'Europe et médaillée d'argent de Pékin, contre laquelle il se cassent les dents depuis sept ans.

Sur cette période, ils ont encaissé sept défaites, parfois très lourdes, contre une seule victoire, au premier tour du Mondial-2010.

Ils ont surtout perdu les deux matches qui comptent, le quart de finale de l'Euro-2009 et la finale de l'Euro-2011, nettement dominés à chaque fois par les chênes espagnols dans la raquette, Pau Gasol en tête.

Mais le sélectionneur Vincent Collet estime que quelque chose à changé lors de leur dernière rencontre, dans un match tout sauf amical le 15 juillet dans l'ambiance magique et tendue de Bercy.

"Leur rentrer dedans"


"On a perdu (75-70) mais on leur a tenu tête sans Nicolas Batum et avec un Tony Parker qui revenait tout juste. Ce match a débloqué quelque chose dans nos têtes", assure Collet, très déterminé à l'heure d'accompagner la bande à Tony Parker dans sa quête d'un podium olympique.

Ce qu'il a vu depuis le début du tournoi n'a fait que conforter l'entraîneur français: les Espagnols sont moins flamboyants que par le passé et Juan Carlos Navarro, un joueur clé, boîte à cause d'une douleur au pied.

Ils restent les favoris mais les Bleus, remontés comme des pendules, y croient et sont décidés à sortir, au besoin, la machine à baffes.

"Mercredi il va falloir qu'on se dise qu'on est à Bercy et qu'on arrive avec le même état d'esprit. On s'est toujours pris des coups par les Espagnols et on ne les a jamais rendus. Il est temps d'inverser tout ça et de leur rentrer dedans", souligne, offensif, Michaël Gelabale, qui avait été exclu à Paris après une bagarre avec Rudy Fernandez, provocateur N.1 des Ibères.

Avec les retours de Florent Pietrus et Ronny Turiaf, les Bleus vont retrouver leurs piliers de la défense et du jeu dur. "On ne fait pas de complexe, ajoute Gelabale. L'Espagne nous a toujours battus. Mais c'était pareil avec la Grèce et on a réussi à inverser la tendance l'année dernière."

"C'est l'année, clame carrément Collet. Dans tous les cycles, il y a un moment où les choses doivent basculer. On voulait aller en quarts de finale, on y est. L'histoire qu'on voulait écrire commence maintenant."

Fil infos Sport

A la une

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine