Le patron de la NBA Adam Silver veut changer le règlement pour stopper la stratégie controversée des fautes intentionnelles employée pour perturber une équipe en prenant pour cible le joueur adverse le plus maladroit aux lancers francs.

Je suis de plus en plus d’avis que nous devrions procéder à des changements dans notre règlement à cet égard cet été, a expliqué le commissioner de la NBA au quotidien USA Today, paru vendredi. Ce n’est pas comme cela qu’on veut que le basket soit joué, a-t-il martelé.

Cette stratégie est connue sous le nom de Hack-a-Shaq (littéralement, faire faute sur Shaq), en référence à Shaquille O’Neal, l’une des cibles privilégiées notamment de Gregg Popovich, l’entraîneur des Spurs dans les années 2000. Elle permet à une équipe menée au score de ralentir le rythme de la rencontre et de perturber son adversaire. Mais elle est peu appréciée des dirigeants de la NBA, car elle nuit à la qualité du jeu et fait durer les matches. DeAndre Jordan (Clippers) et Andre Drummond (Détroit) en sont désormais la cible privilégiée en raison de leur taux de réussite relativement faible aux lancers francs (35,1% pour Drummond). Le 20 janvier dernier, Houston, opposé à Détroit a mis en place un Hack-a-Drummond avec, en conséquence 36 lancers francs attribués au pivot des Pistons: Drummond en a raté 23, un record dans l’histoire de la NBA, ce qui n’a pas empêché son équipe de s’imposer 123 à 114.