Basket - NBA

Batum, 46 millions dans la Batcave

Batum, 46 millions dans la Batcave

Après Tony Parker, Boris Diaw et Joakim Noah, Nicolas Batum touche à son tour le jackpot. Rentré à Portland mercredi en plein stage de l'équipe de France pour les JO, l'ailier a vu les Blazers s'aligner sur l'offre qui lui avait été faite par Minnesota, et lui proposer un contrat de quatre ans pour 46 millions de dollars, soit 37 millions d'euros. Avec près de 10 millions d'euros de revenus annuels, Batum multiplie son salaire par quatre, bascule dans la catégorie des poids lourds en NBA et devient un des sportifs français les mieux payés, à 23 ans. "Je suis content, je savais que j'allais revenir ici", a-t-il déclaré selon The Oregonian. Il faut dire que depuis le début de l'été, les négociations étaient serrées autour du Français, qui, en tant que "agent libre restrictif", pouvait trouver un accord avec un autre club, sachant que Portland garderait le dernier mot en conservant le droit de s'aligner sur chaque offre. Et c'est bien ce qui s'est passé lorsque la franchise de l'Oregon a égalé l'offre de Minnesota que Batum avait acceptée dimanche.

Neil Olshey, le General Manager de Portland, estime que les discussions ont été un véritable poker menteur avec l'agent de l'ancien Manceau, Bouna Ndiaye, qui aurait fait monter les enchères afin d'arracher un gros contrat. Ce dernier aurait insisté sur l'intérêt de Batum pour Minnesota, et le fait de jouer aux côtés du meneur espagnol Ricky Rubio, alors que le Français voulait réellement rester à Portland. "J'ai été en contact permanent avec Nic'. Il m'a même appelé lorsque tous ces articles sont sortis pour me dire qu'on lui avait demandé de jouer le jeu mais que ce n'était pas lui. Il a toujours voulu revenir à Portland", assure Olshey. Au mois de janvier, "Batman" avait tout de même refusé une première offre de prolongation de 30 millions de dollars, histoire d'aller sonder le marché.

Enfin libre avec les Bleus


Désormais, Nicolas Batum est le deuxième joueur le mieux payé chez les Trailblazers derrière l'intérieur All-Star LaMarcus Aldridge, et va devoir assumer son nouveau statut de joueur majeur. Arrivé à Portland en 2008, à l'âge de 19 ans, il a progressé d'année en année mais n'a jamais réellement été un titulaire indiscutable, s'offrant 13,9 points de moyenne la saison dernière, mais la plupart du temps dans un rôle de sixième homme. "Il est maintenant dans une position de leader et l'un des joueurs les mieux payés de la NBA à son poste. Je sais qu'il voulait avoir un rôle plus important dans l'équipe", confirme le GM de Portland, qui compte sur son "Frenchie" pour remettre d'aplomb une équipe non qualifiée pour les play-offs la saison dernière et toujours à la recherche d'un entraîneur pour la prochaine.

Du point de vue de l'équipe de France, cette prolongation met aussi un terme à un feuilleton qui a rythmé tout le début de l'été et perturbé la préparation pour les Jeux Olympiques. Batum n'a en effet pas pu jouer, faute d'assurance, hormis les cinq minutes disputées de sa propre initiative dimanche face à l'Espagne. Parti mercredi à Portland, Batum doit rejoindre les Bleus à Strasbourg samedi pour leurs deux derniers matchs de préparation, en espérant peut-être jouer le deuxième face à l'Australie lundi.




Sport.fr Mobile
Sport Kiff
Le sport en direct sur votre mobile Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr

Sport.fr TV


RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

à lire aussi

Buzz sport

Les 4 chiffres du début de saison raté du PSG Ligue 1

Les 4 chiffres du début de saison raté du PSG

Tenu en échec par Montpellier au Parc des Princes samedi (0-0), le PSG a terminé l'année sur une note négative. Et laissé l'OM s'emparer du titre de champion d'automne à la faveur de son succès contre Lille (2-1), le lendemain. Si la situation comptable du PSG est loin d'être désespérée, le bilan de passage des champions en titre après 19 journées est clairement décevant. Voici quatre statistiques qui attestent du mauvais début de saison parisien.