Usain Bolt comparé à un dromadaire !

Athlétisme / JO 2012

Usain Bolt comparé à un dromadaire !
Photo DR

Usain Bolt comparé à un dromadaire !

Samedi 28 juillet 2012 - 11:58

Quelques problèmes de santé, un accident de voiture, des défaites sur 100 m et 200 m face à son compatriote Yohan Blake: la préparation d'Usain Bolt pour les jeux Olympiques a été agitée et soulève des questions sur la capacité du Jamaïcain à défendre ses titres à Londres. Plus humiliant encore : une étude démontre que le sprinteur le plus rapide de l'histoire serait à la peine... face à un dromadaire !

Usain Bolt -surnommé l'Eclair- avait fait tomber la foudre sur le stade olympique de Pékin en 2008 en s'adjugeant l'or sur 100 m, 200 m et 4x100 m. Il avait répliqué l'année suivante aux championnats du monde à Berlin, battant au passage les records du monde sur la ligne droite (9.58) et le demi-tour de piste (19.19).

Depuis, les nuages se sont peu à peu accumulés. Son faux-départ en finale du Mondial-2011 à Daegu avait provoqué un véritable coup de tonnerre dans le ciel de l'athlétisme.

S'il affiche en apparence la même décontraction qu'à l'accoutumée à l'heure d'aborder les Jeux de Londres, qui s'ouvrent officiellement vendredi, l'athlète de 25 ans a toutefois vécu des dernières semaines turbulentes.

Il a d'abord du composer avec des douleurs à une jambe et au dos, que le médecin de l'équipe jamaïcaine Winston Dawes a minimisées mercredi.

"Il est en pleine forme, a assuré Dawes à la BBC. Il s'est entraîné très, très dur et il est sur de bons rails". "Nous nous attendons à ce qu'il soit tout à fait prêt au moment des épreuves d'athlétisme des JO (7-12 août). Il a eu de légères crampes aux jambes. Mais il a subi un accident et cela a pu le secouer un petit peu", a précisé le médecin.

La vedette a effectivement fait parler d'elle en-dehors de la piste, début juin, en précipitant sa BMW dans une barrière de sécurité aux premières lueurs de l'aube un dimanche. Si les tests ont montré qu'il n'était pas sous l'emprise de l'alcool au moment des faits, il n'a fourni que de "vagues" explications jusque-là à la police de Kingston.

L'homme invisible


Le plus inquiétant toutefois pour Bolt reste ses performances sur la piste. En mai, à Ostrava, il a réalisé son chrono le plus médiocre depuis trois ans sur 100 m (10.04).

Surtout, il s'est incliné deux fois, en l'espace de trois jours début juillet, face à Yohan Blake lors des sélections jamaïcaines. Le sprinteur de 22 ans, titré à Daegu sur 100 m, a d'abord triomphé sur la ligne droite en 9.75, contre 9.86 pour Bolt.

Et, injure suprême, il s'est offert la première place sur la distance fétiche de Bolt, le 200 m, en 19.80, contre 19.83 à son aîné.

Depuis, Bolt joue à l'homme invisible sur la piste. Il a déclaré forfait pour la réunion de la Ligue de diamant à Monaco mi-juillet et ne s'est pas montré à Birmingham mercredi, lors d'un entraînement de l'équipe jamaïcaine ouvert au public.

"Mon heure est venue", a-t-il cependant assuré mardi au site internet du quotidien britannique The Guardian. "A chaque séance d'entraînement, je m'améliore. Je n'ai rien d'autre à faire maintenant, aucun soucis, je ne fais que m'entraîner, manger et dormir", a-t-il poursuivi.

Ses compatriotes aussi se disent confiants sur la capacité de Bolt à briller le jour-J, à l'instar de Michael Frater, élément-clé du relais 4x100 m. "Je ne parierais pas contre Bolt. C'est un athlète spécial", a-t-il rappelé.

La comparaison avec les animaux fait mal


Si des olympiades réunissaient toutes les espèces animales, l'homme serait battu à plate couture: largement distancé par le guépard, la star du 100 mètres Usain Bolt serait même à peine face au dromadaire, selon une étude britannique.

"Dans des compétitions purement physiques, comme courir, sauter ou nager... nous ne pourrions rien gagner", explique à l'AFP le professeur Craig Sharp auteur de l'étude publiée samedi dans la revue britannique Veterinary Record.

Le champion olympique Usain Bolt détient le record du monde du 100 mètres avec un temps de 9,58 secondes, soit une vitesse de 37,6 kilomètres/heure, bien loin de la vitesse de l'animal le plus rapide sur terre, le guépard qui avec ses 104 km/h, avale la distance en 5,8 secondes.

Le multimédaillé jamaïcain serait au coude à coude avec le dromadaire capable de courir le 100 mètres en 9,8 secondes, mais clairement distancé par l'antilope pronghorn (89 km/h) et l'autruche d'Afrique du nord (64 km/h).

Sur 200 mètres, Bolt avec son record du monde à 19,19 secondes, n'inquiéterait pas davantage le guépard capable de couvrir la distance en 6,9 secondes, le pur-sang anglais Black Caviar (9,98 secondes) ou un simple lévrier de course (11,2 secondes).

De même les champions olympiques sur 400 et 800 mètres seraient largement battus par chevaux, lévriers et antilopes tandis que sur un marathon un cheval d'endurance peut couvrir les 42,165 kilomètres en moins d'une heure et 20 minutes, presque deux fois moins que le champion Kenyan Patrick Makau (2 heures 3 minutes et 38 secondes).

Etrangement, ce sont peut-être les sauteurs qui seraient les moins ridicules face aux animaux: le Cubain Javier Sotomayor avec son saut en hauteur à 2,45 mètres (datant de 1993) ne seraient finalement devancé que de quelques dizaines de centimètres par la gracieuse gazelle sud-africaine springbok et le kangourou australien, tous deux capables de sauter plus de 3 mètres.

Le bond en longueur de l'Américain Mike Powell de 8,95 mètres (ce record du monde date de 1991) serait tout de même dépassé de près de quatre mètres par le kangourou (12,8 mètres).

Les humains ont peut-être un seul avantage sur les animaux en terme de performances physiques, explique le Pr Sharp: ils sont bons dans beaucoup de disciplines à la fois tandis qu'un animal n'est capable de briller que dans une ou deux catégories.

"Nous sommes bons en terme de polyvalence: on peut sprinter, courir sur de longues distances, sauter, nager et soulever des poids", indique ce spécialiste en médecine sportive de l'université londonienne Brunel University.

C'est dans une "sorte de décathlon" mêlant plusieurs disciplines que l'homme s'en tirerait finalement le mieux face aux bêtes, juge-t-il.

Fil infos Sport

A la une

Top articles Sport.fr

Chiffre sport de la semaine

Phrase sport de la semaine