Troisième des championnats du monde à Londres, Renaud Lavillenie révèle avoir été opéré du genou avant les Mondiaux, suite à un accident de moto. Sa médaille de bronze est un soulagement.

Pour le recordman du monde (6,16 m), une médaille de bronze dans le stade où il a remporté son titre olympique en 2012 peut être une déception. Mais dans les conditions dans lesquelles Renaud Lavillenie est monté sur le podium. Le Clermontois a traversé une période difficile dans la foulée de sa deuxième place aux JO de Rio, tenu hors de sa meilleure forme par plusieurs blessures. La raison de cette méforme, inconnue jusque-là : un accident lors d’une course d’endurance à Magny-Cours en octobre. Dans un des virages les plus lents du circuit, je tombe sur la droite, presqu’à l’arrêt. Je sens une petite douleur au genou, mais je finis la course. Sauf que le lendemain, à la maison, j’ai vu. J’étais limité en extension et en flexion. J’ai passé une IRM : un petit bout du ménisque extérieur était cassé, raconte le Clermontois, féru de sports automobiles. Après l’opération, j’ai repris tranquille, je l’ai bien caché, mais j’ai tout de suite des petites complications, poursuit le champion olympique 2012. Ça a généré un déséquilibre gauche-droite, parce que je compensais. Après avoir écourté sa saison hivernale, il explique avoir connu des problèmes au quadriceps gauche, aux ischio-jambiers et au dos, et subi plusieurs ponctions pour dégonfler son genou blessé.

Mercredi dernier, c’est donc avec les moyens du bord que Lavillenie a accroché sa médaille en sautant 5,89 m. Sa meilleure performance de la saison. Là, je n’ai pas perdu l’or, je suis allé gagner le bronze, dit-il dans La Montagne. Combien de mes concurrents seraient venus et seraient montés sur le podium ? J’assume entièrement ce qui m’est arrivé. J’ai payé ma connerie. Mais, au plus mal, j’ai fait un des meilleurs concours de ma carrière, estime encore Lavillenie dans L’Equipe. Le perchiste ne compte pas arrêter la moto après cet accident. Je n’ai plus de séquelles. Quand je reprendrai l’entraînement, le 1er novembre, ce sera sur des bases saines, avec le record du monde en ligne de mire. (…) Je ne suis pas inquiet, indique-t-il.