La sprinteuse américaine Allyson Felix n’est pas très favorable à l’idée de remettre les records à zéro suggérée par la Fédération européenne d’athlétisme (EAA) cette semaine afin d’effacer les performances ternies par le dopage. Pour la championne, cette proposition risque de léser les sportifs « propres ».

Cette semaine, la Fédération européenne d’athlétisme (EAA) a proposé de remettre à zéro tous les records d’Europe, voire du monde, antérieurs à 2005 afin de dissiper les suspicions de dopage qui ternissent l’image du sport. Cette proposition, soutenue par le président de la Fédération internationale (IAAF) Sebastian Coe, n’a pas reçu l’approbation de la star de l’athlétisme américain Allyson Felix. En marge d’une conférence à Los Angeles mercredi soir, la nonuple championne du monde et sextuple championne olympique a en effet émis des réticences à cette idée : « Je comprends l’idée selon laquelle certains records doivent être revisités, mais en même temps, il ne faut pas qu’un athlète propre soit privé de son record », a expliqué l’Américaine. « C’est difficile », a-t-elle insisté, reconnaissant d’un autre côté qu’il est « très difficile d’évoluer dans un sport en sachant que certains records ne sont pas légitimes ».

Allyson Felix n’est pas la seule athlète hostile à cette proposition. Mike Powell, détenteur du record du monde du saut en longueur et Al Joyner, époux de la défunte détentrice des records du monde du 100 mètres (10’49) et du 200 mètres (21’34), Florence Griffith Joyner sont sur la même longueur d’onde qu’elle.