Football - Ligue des champions

Puel : "Nous avons confirmé"

Puel :

Claude Puel est satisfait. Pour autant, l'entraîneur des Gones garde les pieds sur terre, parfaitement conscient que le chemin jusqu'en finale sera long et ardu. Conscient aussi que ses joueurs ont été chanceux: "Le match aller avait été de qualité de notre part et nous avons confirmé sur le second même si en première période nous avons été en difficulté par le jeu en profondeur, technique et rapide du Real. Nous avons été un peu chanceux avec un tir sur le poteau contre nous." L'OL a eu l'intelligence de modifier son schéma tactique à la deuxième mi-temps pour venir à bout des Espagnols. C'est l'une des forces du club français. "Nous avons modifié notre schéma en seconde période. Cela nous a permis de gagner dix mètres sur le terrain alors que le Real a baissé physiquement après avoir produit beaucoup d'efforts avant la mi-temps. Nous avons mis plus de liant et de qualité dans notre jeu. Nous avons pu prendre la largeur. Nous avons pu faire courir le Real qui aime bien avoir le ballon et c'est là que nous avons réussi notre match. Sur la seconde période, notre qualification est méritée car il a fallu un grand Lyon." Et ce dernier d'ajouter: "Les changements ont été déterminants. Nous avons tout changé à la mi-temps. Ce groupe est en train d'écrire sa propre histoire. Il faut garder le cap."

Manuel Pellegrini, réaliste et amer...

Côté espagnol, l'heure est à la désolation. Manuel Pellegrini, l'entraîneur du Real Madrid, revient sur le match. Réaliste, il regrette que l'individualisme ait pris le pas sur le collectif en seconde période : "En première mi-temps, nous avons développé un jeu de qualité mais en seconde période nous sommes tombés dans les actions individuelles et notre jeu s'est étiolé, indique l'entraîneur. Lyon nous a bien contré. Nous n'avons pas cherché à marquer le second but de manière collective mais le vrai regret est de ne pas avoir marqué le second but en première période alors que nous en avions la possibilité. Je pense qu'à tous les niveaux, nous avons été très bien en première période, même individuellement mais après la mi-temps, l'individualisme a pris le pas sur le collectif. Cela a été notre faute. Contre Séville, c'était une victoire collective. Parfois, les individualités peuvent faire la différence." Un sentiment partagé par le milieu offensif du Real Madrid, Guti : "Je crois que Lyon a plus été une équipe que nous, il faut dire la vérité. (En deuxième mi-temps) Je crois que nous ne sommes pas sortis comme nous devions. Et eux, ils ont joué avec plus d'intensité". Un peu amer, Manuel Pellegrini tente de se rassurer comme il peut. "Bien sûr, nous aurions aimé tout gagner mais nous sommes encore bien placés en Liga et il faut maintenant tourner la page le plus vite possible." Rappelant que ses prédécesseurs, et notamment Capello, ont vécu ce type d'échec et ont terminé champion en fin de saison, Manuel Pellegrini se donne encore du temps. Bien que très déçu par le résultat de son équipe, Jorde Valdano, directeur général du Real Madrid, a renouvelé sa confiance à Manuel Pellegrini : "Nous avons confiance dans son travail et il reste beaucoup à faire cette saison. Son contrat se poursuit la saison prochaine et donc les plans du clubs sont qu'il reste entraîneur du Real Madrid. Nous devons maintenant être plus soudés que jamais, encourager les joueurs, faire preuve de personnalité pour affronter les critiques qui ne vont sûrement pas manquer. C'est le prix à payer pour être au Real Madrid. C'est un club qui donne énormément et qui exige beaucoup en retour." Reste que le résultat est là et que la pilule est difficile à avaler. Iker Casillas, gardien du Real Madrid, ne cache pas sa déception. Il demande pardon aux supporters : "Nous ressentons tous beaucoup de rage. Nous sommes tous très en colère. C'est dur à digérer, surtout pour les joueurs qui sont ici depuis longtemps. C'est un coup de massue. Je demande pardon aux supporteurs pour cette défaite en Ligue des champions, dans laquelle nous avions placé les plus grands espoirs. Nous devons assumer notre part de responsabilité."

Le porte-parole de Kaka traîte Manuel Pellegrini de "lâche"

Le porte-parole du Brésilien Kaka, Diogo Kotscho, n'y est pas allé avec le dos de la cuillère. Il a traité de "lâche" Manuel Pellegrini pour avoir remplacé le meneur de jeu en fin de match : "Un technicien lâche désigne toujours un joueur pour tenter de détourner l'attention sur sa propre incompétence", a écrit mercredi soir Diogo Kotscho sur son compte Twitter. Ce message a ensuite été "retwitté" (Ndlr : repris mot pour mot) dans la soirée par l'épouse du joueur, Carolina Celico, selon plusieurs médias espagnols. Il avait disparu de son compte jeudi. Kaka, incisif en début de match contre Lyon mais transparent en seconde période, a été remplacé à la 77e minute par Raul, sous les sifflets du stade Santiago-Bernabeu et visiblement furieux. "Je n'étais pas en colère contre le changement mais à cause de la situation et parce que je savais que je ne pouvais rien faire de plus", a déclaré Kaka après la rencontre.


Achetez ce produit Real Madrid sur sport-kiff.com








Sport.fr Mobile
Sport Kiff
Le sport en direct sur votre mobile Sport-kiff.com, la boutique du sport / Partenaire officiel Sport.fr

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

à lire aussi

Buzz sport